Modéliste Padawan

Bonjour à tous,

Je vous retrouve pour un post un peu spécial.

Il y a quelques mois, j’ai consacré 4 jours de congés bien mérités à un projet que j’avais en tête depuis très longtemps : un stage technique de couture.

J’ai trouvé mon bonheur au Cours des Créateurs, à Paris, qui en plus de proposer des cours libres, et autres séances de « couture pour les nuls », propose également des stages plus techniques en modélisme et stylisme.

J’ai choisi le modélisme, car je souhaitais comprendre plus en détail la logique de patronage à plat, aboutir à un patron de base adapté à mes mesures et surtout comprendre les principes de modifications pour pouvoir réaliser ensuite tous les modèles que je pourrais imaginer !

Bien sûr, j’aurais pu acheter un livre sur le sujet, mais j’aimais l’idée de me rendre dans un atelier équipé pour la couture et la création, en compagnie d’autres couturiers amateurs et pros. Je trouvais important de pouvoir échanger, poser des questions, et également acquérir quelques astuces et une logique de travail qui ne soit pas uniquement l’application de règles de modélisme absconses.

Au programme, 4 jours pour créer les patrons de base de la jupe, du pantalon, du corsage, faire les toiles, les ajuster et les déformer à souhait !

1- Principe du patronage

Lors de ce stage intensif, j’ai appris quelques règles et méthodes utiles lorsqu’on travaille des patrons à plat et je vais les partager avec vous.

N’hésitez surtout pas à me laisser des commentaires pour compléter ou corriger mes explications. Je pense qu’il me faudra encore quelques temps pour m’approprier totalement tout ce que j’ai pu apprendre !

La prise des mesures

Vous aurez besoin de plusieurs mesures pour réaliser les patrons de chaque vêtement :

  1. le tour de taille (68 cm) pris  au creux de la taille naturelle, à l’endroit le plus fin (ce qu’on appelle abusivement la taille haute !) : les patrons de base de la jupe et du pantalon sont toujours réalisés avec une ceinture à la taille. On peut ensuite décider de modifier ce patron de base pour en faire un patron taille basse.
  2. le tour de petites hanches (80 cm) mesuré juste au niveau de l’os illiaque : c’est ce qu’on appelle, abusivement encore, la taille basse. Cette mesure est moins critique de façon générale, mais peut s’avérer utile sur certaines morphologies pour parfaitement adapter la toile.
  3. le tour de hanches (94 cm), mesuré au point le plus large, en incluant les fesses : on appelle aussi cette ligne la ligne de bassin.
  4. pour le pantalon, la hauteur de jambe (100 cm), mesurée de la taille au sol, la hauteur d’entrejambe (77 cm) mesurée sur la face interne de la jambe, le tour de cuisse (54 cm) au point le plus fort de la cuisse, le tour de genou (34 cm) et le coup de pied (30 cm) sont des mesures secondaires utiles pour pouvoir dessiner la fourche, établir la longueur du pantalon et assurer un passage du pied sans encombre dans la jambe du pantalon.
  5. Pour le corsage, on rajoutera le tour de poitrine (84 cm), mesuré en passant le ruban sur le saillant de la poitrine

Les mesures sont prises à nu (ou sur un vêtement près du corps), sans serrer et en n’oubliant pas de respirer !

StageCouture-Mesure

Le patronage est là pour faire en sorte que tous les vêtements tombent parfaitement sur vous, quelle que soit votre morphologie, donc inutile de se déformer à la prise des mesures !

Enfin, quelques règles de base à connaître

  • La distance normalisée entre la taille et les hanches est de 22 cm,
  • la distance normalisée entre la taille et les petites hanches est de 9cm.

Vous trouverez également des professeurs qui vous parleront de 10 et 20… bon c’est du détail, au final ça ne change pas grand chose quand on raisonne sur une personne physique car on va toujours réajuster un peu sur pièce, mais ça commence à être utile quand on veut créer un modèle sur la base d’un tableau de tailles standards, ou bien repérer ces lignes sur un patron tout fait.

Les outils et la méthode de traçage

J’ai découvert un nouvel outil, le perroquet, ou même mieux, le pistolet. J’en avais déjà vu bien sûr, mais je ne savais absolument pas m’en servir ! Or ce sont des outils de traçage indispensables au même titre qu’une grande règle plate de 50 ou 100 cm et une grande équerre.

Dans l’atelier, nous avions la chance de pouvoir travailler sur des tables hautes, longues et larges, ce qui facilite grandement le travail. Moi aussi un jour j’aurai mon atelier…

En termes de méthodologie :

  • les patrons de base sont toujours réalisés dans un cadre de traçage rectangulaire dont la largeur est égale à la largeur cumulée du demi-devant + le demis-dos du vêtement (parfois espacés de 2-3 cm au milieu). La hauteur dépendra du type du vêtement souhaité et du rendu.
  • on rajoute toujours 1 cm de largeur au demi-devant et on enlève 1 cm de largeur au demi-dos du vêtement. La demi-largeur totale reste inchangée mais cela permet de déporter légèrement la couture de côté vers l’arrière et d’éviter de la voir quand on est de face ! Question d’esthétique !
  • le demi-dos sera toujours tracé à gauche et le demi-devant à droite dans le cadre, ceci pour en fait patronner le côté droit complet du vêtement.
  • toutes les courbes, les angles, pinces, emmanchures, fourche, encolure sont galbées au pistolet pour éviter les becs disgracieux, et en respectant les platitudes dans les coins
  • enfin, on tracera toujours la ligne de droit fil notée DL (Droite Ligne), et on annotera le patron avec les mentions DEVANT et DOS.

Les pinces

Les pinces sont de petits rentrés de tissus qui permettent de mettre en forme le vêtement (passer de la 2D à la 3D) et de l’ajuster aux courbes du corps.

Les profondeurs et longueurs de pinces sont plus ou moins normalisées, et il existe quelques règles simples quand on souhaite dessiner les pinces sur un patron de base ou en ajouter pour ajuster un vêtement :

  • une pince sera conservée si elle fait au moins 1cm de profondeur (soit 1/2 cm de chaque côté du milieu de pince), sinon elle sera en général supprimée et répartie dans les autres pinces existantes sur le vêtement ou dans les coutures de côté. Sauf si vous souhaitez un effet de style particulier avec une mini-pince! C’est ça aussi la couture, on fait bien ce qu’on veut !
  • A l’inverse, si la profondeur de pince nécessaire pour ajuster le vêtement devient trop importante (supérieure à 3cm) il vaut mieux la répartir en deux pinces sur le demi patron.
  • pour le patron de jupe et de pantalon, les pinces devant sont moins profondes et moins longues que les pinces dos qui, elles, s’ajustent à des courbes souvent plus marquées (la cambrure dos et les fesses). Généralement, les pinces devant feront 2cm de profondeur sur 7 à 9 cm de long, là où les pinces dos feront plutôt 3cm de profondeur sur 10 à 12cm de long. Bien entendu, il conviendra de vérifier le tombé du vêtement et d’adapter au besoin, chaque corps est unique !
  • pour le corsage, le patron de base prévoit 2 pinces de taille devant et dos, une pince de bretelle devant qui arrive au saillant (= pointe) de la poitrine et une pince omoplate au dos souvent omise…

Sur un patron, les pinces peuvent être déplacées, supprimées, regroupées, transformées en découpes et permettent alors de changer le tombé, l’ajustement, la forme et le style du vêtement.

A partir du patron de base, on déduit toutes les formes de vêtements en travaillant quasi uniquement sur les pinces !

L’aisance et les marges de couture

On travaille toujours un patron de base à partir des mesures du corps.

Aussi, si on cousait tel quel le patron obtenu, on ne pourrait pas entrer dedans ! Il faut rajouter de l’aisance, c’est à dire quelques cm de tissu pour que le vêtement enrobe le corps sans le coller.

L’aisance s’ajoute sur les coutures de côtés uniquement du patron de base, et dépend du confort personnel et du tissu utilisé pour travailler.

Rajouter 2 cm d’aisance veut dire qu’on ajoute 2 cm en largeur sur le vêtement complet, donc 0.5 cm seulement sur chaque côté !

En moyenne (encore une fois, la toile sera votre amie !), on ajoute l’aisance comme suit :

  • poitrine : entre +2 et +3 cm suffisent afin de conserver le galbe sans flotter
  • taille : entre 0 et +4 cm selon le tissu et le tombé souhaité
  • hanches : entre +4 et +6 cm pour pouvoir s’asseoir, se baisser etc…

Plus le vêtement final doit être ajusté plus l’aisance doit être faible. On peut même avoir une aisance négative sur un tissu très extensible (-2 cm par exemple) car l’aisance est alors apportée par la matière extensible elle-même. A contrario, plus le vêtement doit avoir un drapé fluide ou est cousu dans un tissu chaîne et trame rigide, plus on va rajouter d’aisance pour le confort.

Une fois l’aisance ajoutée, il ne reste plus qu’à rajouter tout autour de chaque pièce du patron les marges de couture qui permettront d’assembler le vêtement !

2- Du patron de base à la toile

Jour 1 – La jupe

C’est sans nul doute le plus simple des patrons de base.

Il existe des tas de tutos sur le net si vous souhaitez en faire un pour vous sans faire ce stage. La réalisation du patron en lui-même m’a pris la matinée (3h) et j’ai cousu la toile sur l’après-midi.

Pour mon patron de base de jupe, j’ai ajouté 4 cm d’aisance au total sur la largeur des hanches et rien à la taille.

La première toile s’est avérée trop grande, essentiellement à cause de la prise des mesures approximative au niveau des hanches (96 cm mesurés au lieu de 94 cm réels).

De plus j’avais un peu trop galbé les courbes au pistolet ce qui faisait des « oreilles » au niveau des hanches… pas très classe. Je dois dire que le maniement du pistolet nécessite de l’entrainement ! Si vous avez des conseils, je suis preneuse !

J’ai donc repris mon patron de base en réduisant la dimension des hanches de 0.5 cm en largeur sur le demi-devant et le demi-dos (soit 2 cm en tout), regalbé les coutures de côté, rajouté les nouvelles marges de coutures et voila le résultat !

StageCouture-8

StageCouture-9

Je n’ai pas réalisé la ceinture de base qui se constitue d’un rectangle de longueur égale au tour de taille et de largeur 4 ou 5 cm maximum (marges de couture incluses).

J’ai en revanche utilisé la fin de la journée pour apprendre quelques modifications simples du patron de base de jupe pour en faire une jupe évasée, une jupe à pans, une jupe avec découpes aux hanches ou sur la longueur, le tout en triturant les pinces.

Si cela vous intéresse, je ferai un article dédié sur le sujet.

Jour 2 et 3 – Le corsage

Là c’est une autre paire de manches (sans jeu de mot) !

Faire le corsage de base est non seulement beaucoup plus long et complexe que faire la jupe de base, mais cela nécessite clairement l’aide d’un professeur et/ou le soutien d’un livre de modélisme pour ne pas se perdre dans les étapes et les tracés !

En tout cas, cela m’a semblé beaucoup moins intuitif que la jupe ou même le pantalon, et j’ai quand même mis presque une journée entière pour terminer le traçage, galber les emmanchures, ajouter l’aisance et les marges de couture et découper mon patron final !

Cependant, même si je ne pense pas réussir à retracer seule ce corsage de base, je dois dire que la toile correspondante est parfaitement adaptée à ma morphologie et n’a nécessité aucune retouche. Tout tombe pile poil ! Quelle satisfaction !

StageCouture-10

StageCouture-11

Il ne me reste plus qu’à reprendre les emmanchures qui sont un petit peu serrées et descendent légèrement trop bas sur l’épaule, et peut-être retoucher le surplus de tissu dans le dos (on le voit bien sur la photo !).

A ce corsage, il faudra rajouter la manche de base, que je n’ai pas encore faite.

Mais là, je peux dire que je possède définitivement un patron de corsage quasi parfait pour moi !

Jour 4 – Le pantalon

Le pantalon est une pièce qui me faisait peur, peut-être parce que c’est une pièce dont le tombé et la forme sont déterminants dans le seyant du vêtement. Quelle fille personne ne se regarde pas sous toutes les coutures lorsqu’elle choisit un pantalon ?

  • Est-ce qu’il ne fait pas ressortir ma culotte de cheval (éventuelle) ?
  • Est-ce que les poches sont placées correctement pour être flatteuses sur les fesses ?
  • Est-ce que la fourche n’est pas trop basse, trop haute ?
  • Est-ce que les pinces/plis ne me grossissent pas ?
  • Est-ce que la ceinture ne me serre pas trop une fois que j’ai déjeuné ?

Bref, tracer le patron de base du pantalon, c’est prendre conscience des ses formes à un endroit plutôt stratégique de la morphologie féminine… mais c’est aussi prendre conscience des formes de pantalon qui nous iront et celles qui ne nous iront pas ! Alors on y va !

Étonnamment, le patron de pantalon c’est simple : ça n’est rien de plus que le patron d’une jupe avec une fourche en plus !

Voici le résultat sur la toile réalisée à mes mesures avec 4 cm d’aisance aux hanches et 2 cm sur le reste de la jambe.

StageCouture-5

StageCouture-6

Si la toile colle plutôt bien au corps, elle nécessite quelques ajustements selon mes critères de confort et de seyant, comme rajouter un peu d’aisance aux hanches pour la fluidité, modifier le tombé des hanches au genou et descendre la fourche qui était trop haute.

Ce patron de base de pantalon ne me satisfait pas pleinement dans la mesure où je n’ai pas encore abouti à la forme de base qui constituerait mon modèle parfait à reproduire indéfiniment. Mais quelques toiles supplémentaires viendront à bout de ce projet j’en suis sure !

3- Bilan du stage

Je suis ravie de ce stage qui non seulement m’a vidé la tête de mon quotidien habituel mais m’a en plus apporté de nouvelles perspectives en couture. Je me sens beaucoup plus armée pour créer mes propres patrons de vêtement à mes mesures avec les détails de style qui me plaisent.

En plus, suite à un changement de planning, il me reste en réalité une demi-journée de stage à faire encore. Je pense l’utiliser pour modifier les patrons de base en vue d’en faire une nouvelle pièce mode. Je suis actuellement en pleine recherche d’inspiration sur pinterest. Je pense arrêter mon choix sur une robe, avec des détails de pinces ou de plis stratégiquement placés … affaire à suivre !

Enfin j’en profite pour remercier mes professeurs pour leurs précieux conseils et leur patience tout au long de ces 3,5 jours : Virginie, Laura, César, un grand merci à vous !

J’ai hâte qu’un stage de modélisme Niveau 2 voie le jour au cours des créateurs !

J’espère que ce long article ne vous a pas endormis, et que cela vous donne des idées pour diversifier vos projets couture !

A bientôt pour d’autres créations, avec peut-être certaines issues de ces nouvelles connaissances en patronage ? 😉

 

 

 

Collection Bobines et Babines – A/H 2015

L’autome est maintenant bien installé (voire bientôt fini :-o) et il est largement temps de planifier les cousettes de saison !

Dis comme ça vous allez croire que je suis hyper organisée dans mes projets coutures.

Pas du tout ! En fait, c’est la première fois que je me lance dans une sélection, planification d’une collection à coudre. Il faut un début à tout…

C’est en fouillant dans mon dressing que je me suis aperçue que je devais

  1. faire du vide
  2. compléter ma garde-robe avec certains basiques étrangement absents
  3. retravailler la palette de couleur Autome/Hiver qui tire un peu trop vers le gris-noir ces dernières années.

Alors je me suis dit, pourquoi ne pas partager avec vous mon programme des réjouissances pour l’Automne/Hiver 2015-2016 ! Cela m’aidera peut-être à mieux assortir patrons, matières et couleurs en un vêtement qui me ressemble et qui colle à mon style de vie !

J’en profite pour remercier Clotilde pour son super tutoriel qui m’a été bien utile dans ce travail d’organisation !

La palette de couleur

Je suis une inconditionnelle de la couleur.

J’aime porter une touche colorée, même si c’est sur le sac à main ou les chaussures, et ce quelle que soit la saison.

Pour m’inspirer et aussi pour tenter de sortir de ma zone de confort, je suis allée consulter la palette Pantone officielle pour la saison, afin de déterminer les coloris qui pourraient m’inspirer de nouvelles coutures.

source Pantone

source Pantone

J’aime presque tout dans les couleurs de cette saison en particulier ce savant mélange de couleurs fortes comme le Marsala ou le bleu canard Biscayne Bay avec des tons plus adoucis et neutres tels Desert Sage, un gris-vert assez pâle ou bien le Reflecting Pond, ce bleu profond un peu étouffé.

Me voilà déjà inspirée pour la saison, et je partage donc avec vous les couples patrons-couleur que j’imagine dans mon dressing dans les prochains mois.

Trendy in the city

Dans la selection Trendy, je vais me concentrer sur quelques éléments phares, que l’on retrouve dans les vitrines de tous les magasins de prêt à porter ou chez tous les créateurs de patrons.

La pièce moutarde :

Qu’on prenne un top, un pantalon, une veste, un manteau, le moutarde est à l’honneur : ma veste Michelle sera LA pièce maîtresse de ma garde robe de WE pour la mi-saison. Sa couleur pile dans l’air du temps, sa coupe intemporelle et le tissu ni trop épais ni trop fin en font un parfait allié de l’automne. Il me reste un coupon de ce tissu France Duval-Stalla pour faire la mini jupe trouvée dans le dernier Burda Couture Facile ce qui viendra ajouter un peu de soleil dans mon dressing d’hiver.

jupe moutarde -Oak Buff

Jupe Burda

La robe cache-coeur :

Encore un intemporel de la garde robe, rendu célèbre par Diane Von Furstenberg. J’ai déjà réalisé une robe cache-coeur burda dans un jersey à l’imprimé très fort, mais j’ai envie d’une nouvelle version, plus travaillée, plus féminine, plus actuelle. Je n’ai pas encore décidé entre le nouveau patron Madeleine de République du Chiffon ou un modèle Burda de Février 2007 (!!). En revanche, pour la couleur et le tissu, on sera dans le thème du ciel étoilé avec un polyester imprimé bleu marine aux étoiles blanches.

Cache-Coeur - Reflecting Pond

Madeleine – République du Chiffon

Esprit 70’s

Les années disco sont toujours à l’honneur mais en cette saison, exit les volants et l’esprit bohème chic de l’été place aux détails sophistiqués et aux coupes sobres. L’occasion pour moi de réaliser une nouvelle robe graphique, mon style favori pour le bureau ! J’ai jeté mon dévolu sur un modèle Burda de Novembre 2006 en taille Petite (youhou ! pas de modification à faire), ne me reste plus qu’à trouver le tissu idéal. Quant à la couleur, en taupe, ou vert kaki elle sera parfaite.

Robe 70's - Burda

Robe 70’s – Burda

 

Cocooning

Dans la sélection Cocooning, je fais une grande place aux pièces en jersey, aux tissus douillets et aux coupes ultra confort. La palette de couleur se fera douce et pastel.

La blouse boutonnée

J’ai choisi le modèle de Marisa, l’Indécise, qui allie féminité et confort, le tout dans un tissu tout mignon Bye Bye Birdy Blush d’Atelier Brunette qui se rapproche beaucoup du Cadmium Orange Pantone. J’imagine porter cette blouse tant en mode décontracté qu’au bureau avec un beau pantalon droit ou 7/8 bleu marine. Le décolleté large est toujours flatteur sur moi, et les boutons permettent de doser l’effet !

Indécise-Cadmium Orange

L’Indécise – MLM Patrons

Le pantalon d’hiver

Coupe cigarette, aux jambes fuselées, mais avec une ceinture élastiquée pour gérer les petits gonflements post-dejeuner ou les excès des fêtes, le pantalon Guise de Papercut sera mon choix pour aborder les frimas hivernaux ! Et pour ce patron, rien de moins qu’un coton tout doux, légèrement molletoné sur sa face interne, et dans la couleur de l’année : Marsala !

Guise Pants - Marsala

Guise – Papercut Pattern

Le sweat lounge

Chaleur et confort sont les maîtres mots de cette sélection. Un sweat est toujours bienvenu pour les WE pluvieux au coin du feu et les balades à l’air frais. Courcelles de Cozy Little World sera l’élu, dans un molleton gris ou rose poudré pour le côté girly, ou bleu canard pile dans la tendance.

Courcelles-Stormy Weather

Sweat Courcelles – Cozy Little World

Les classiques

Enfin, une selection de basiques indispensables qui manquent cruellement dans mon armoire, surtout depuis que j’ai viré les vieilleries, les vêtements démodés, ceux qui ne me vont plus etc…

La marinière

Motif indétrônable, présent toutes les saisons, la marinière est un intemporel de la garde robe et se décline sous tous les styles et tous les vêtement (sauf peut-être le pantalon??). J’ai trouvé aux Coupons de Saint-Pierre une maille rayée noire et blanche, un peu lourde, et le confortable de MLM devrait parfaitement lui convenir ! Mais avec 3 mètres de tissu, je devrais pouvoir aussi me laisser tenter par le Morris Blazer tellement bien réussi par Mirza

confortable_marinière

Le Confortable – MLM Patrons

La jupe patineuse

Une jupe qui tourne, courte mais pas trop, bien virevoltante ça marche à tous les coups. J’ai un petit coupon de mousseline bleu nuit qui traîne, un patron maison de jupe 1/2 cercle, et hop, la jupette la plus stylée sera dans mon dressing !

Jupe Patineuse

Jupe Patineuse

En voyant cette collection de 8 pièces, je me dis que je suis certainement trop ambitieuse vu mon rythme de couture qui atteint péniblement les une à deux cousettes par mois maximum. Mais ça ne fait rien, j’aime l’idée d’avoir un plan, quitte à ce que ce plan change en cours de route !

Je n’exclus pas de rajouter quelques surprises pour les fêtes, et pourquoi pas aussi une petite contribution au #Makemenswear lancé par Thread Theory il y a quelques semaines.

Je suis ravie de ce nouvel exercice qui à la fois m’a permis de faire des choix dans la longue liste de mes envies couture, et ce en optimisant mon stock de tissus déjà achetés et en osant de nouvelles combinaisons de matières et de coloris !

Collection Bobines et Babines A/H 2015

Collection Bobines et Babines A/H 2015

Il me tarde de vous retrouver pour vous dévoiler comment ces idées prennent vie !

Holiday !!

Salut à tous,

Un post rapide juste pour vous dire que je pars en vacances quelques jours et que je vais laisser le blog en friche jusqu’à mon retour.

En même temps, vu la fréquence de mes posts, la friche vous connaissez… hum…

J’ai pourtant beaucoup de choses à vous montrer mais ai cruellement manqué de temps pour faire les photos, sans compter la météo qui n’a pas été clémente récemment.

Alors, pour vous faire patienter (et baver un peu :-)) je partage avec vous ma valise de vacances, dans laquelle j’ai mis tout ce qu’il faut pour une belle croisière dans les eaux turquoises des Caraïbes !

J’ai composé ma valise en 3 parties correspondant à trois types d’activités prévues sur ce voyage :

La piscine et le bronzage sur transat

Valise_vacances5

Sur un bateau, l’eau des piscines et des jacuzzi est généralement assez chlorée, alors j’ai décidé de ne pas investir dans un super maillot tout neuf, mais de reprendre mes maillots de l’an passé, qui craignent un peu moins s’il devaient leur arriver malheur.

De façon générale je prends toujours deux maillots, un bikini et un une pièce.

Mon bikini a été acheté en Australie lors d’un précédent voyage et le une pièce vient de chez Etam collection euh… 2010 peut-être ?? oui je sais, c’est vieux, mais la marinière est à la mode cette année encore et puis sur un bateau quoi de mieux :-). J’aime ce maillot car je peux facilement le porter comme un top bustier avec un short en jean.

Les excursions

Ce qui est cool sur un bateau, c’est qu’on est dans un hotel club qui bouge, donc chaque matin on découvre un endroit différent.

Alors là aussi, j’ai prévu un petit stock de vêtements adaptés pour les ballades à pied, les visites etc…

Valise_vacances2

Alors oui! ça flashe, mais pour moi vacances c’est synonyme de couleurs!

Deux jupes :

La orange vient de chez Etam (ne me demandez pas de quand elle date) et la seconde n’est autre que la ma jupe drapée Aime Comme Marie !!

Après l’avoir vue en mode hiver, vous la verrez bientôt en mode été :-).

Pour les tops, pas de home-made, mais du débardeur, bretelle fine, bretelle large, dos nu etc..

Deux robes :

La bleue dans le coin à gauche vient également de chez Etam (non non je ne suis pas sponsorisée, mais j’aime bien leurs collections été en général), une robe fluide droite avec une petite ceinture. Un bonheur par grande chaleur !

La verte, juste en dessous, est une cousette récente que je vous présenterai très bientôt. Un indice ? « Samba »

Un short :

En jean, réalisé par mes soins à partir d’un jean Gap qui a craqué au genou :-). Le tuto est disponible !

Et pour marcher sans difficulté, une paire de nus-pieds type spartiate, mais encore une fois colorés !

Les soirées

En croisière, les soirées sont animées par des spectacles, des soirées dansantes, du cinéma ou du music hall.

Alors le soir, j’aime bien pouvoir m’habiller plus classe pour aller diner au restaurant et prendre un cocktail sur le pont. Et puis on sait jamais, je serai peut-être invitée au diner du Capitaine !!! Gniiiiiiiiiii !

Bon je vous rassure, ce n’est pas une croisière mémé (ça ne vous rassure pas ?), c’est plutôt assez relax et jeune comme ambiance, mais autant la jouer à fond !

Valise_vacances3

Des robes, toutes achetées, presque toutes bustier 🙂  La robe bustier c’est ce qu’il y a de plus classe non?

et un petit zoom sur mes sandales Geox que j’adooooore.

Valise_vacances4

Allez, je vous abandonne et vais boucler cette jolie valise!

Valise_vacances1

A bientôt!

NB : désolée pour la qualité mediocre des photos, pour une fois elle sont faites avec mon iphone et ce n’est pas toujours top… Mais bon j’avais dit « post rapide »

Projet Fashion #6 – La finale

Bonjour à tous,

Nous voici arrivés à l’étape ultime de cette première saison de Projet Fashion et au dernier article de cette série (snif !)

Je dois avouer que si le concept de l’émission me plaît toujours autant, le show à l’américaine a parfois manqué, en particulier sur ce dernier épisode pour lequel le rythme n’était pas au rendez-vous. Un côté un peu trop protocolaire, pas assez spectaculaire pour ce grand défilé de créateurs en herbe.

Mais malgré ces lacunes de production, Joffrey, Pierre-Henry, Louis et Adeline nous ont encore démontré toute l’étendue de leur jeune talent !

Le défi

Les candidats ont 6 semaines pour créer une collection de 9 silhouettes, sur le thème de leur choix et avec les matières de leur choix. Un grand defilé qui se tiendra pendant la Fashion Week finira de départager les 3 finalistes: le grand gagnant emportera 30000€ pour lancer sa collection et bénéficiera du soutien de la Fédération Française du prêt-à-porter féminin.

Mon top 3

Pour cette finale, point de top 3 traditionnel car je préfère annoncer la couleur tout de suite, je suis d’accord avec le classement du jury (nonon, je n’ai pas été payée…)

Pour moi, la meilleure collection est bel et bien celle de notre éternel second Pierre-Henry, qui a su décliner son thème « Nonchalance Parisienne » sur différentes pièces et matières et nous a présenté une collection à son image. C’est aussi la collection qui contient le plus de pièces qui me correspondent en terme de style, et que je pourrai donc acheter.

La collection de Joffrey, que je classe en second, témoigne encore de sa grande maîtrise des coupes et des formes féminines, mais j’y trouve quelque chose de brouillon. Il a manqué un fil rouge qui relie les pièces entre elles.

Enfin, chapeau-bas à Adeline et Louis qui, s’ils n’ont pas rendu une collection parfaite sur le plan technique, ont clairement osé se lâcher dans la création, avec beaucoup de clins d’oeil aux défis des épisodes précédents. Il y a un parti pris, plus risqué, moins commercial (comme l’a noté très justement le jury) et je salue cette performance.

Donc aucun suspense concernant mon podium des créateurs, aussi je vous propose plutôt un podium des créations avec ma pièce préférée pour chacun des finalistes !

Numéro 1

Comme je le disais, Pierre-Henry a une vision de la femme qui me correspond parfaitement, de la matière, des couleurs, des coupes courtes mais sans vulgarité.

source Fashion Room d8.tv

source Fashion Room d8.tv

J’ai adoré sa déclinaison des jupes courtes en résille 3D, jupes que je pourrais tout à fait imaginer trôner dans mon dressing et porter tant en soirée qu’au boulot.

Source Tumblr de Pierre-Henry

Source Tumblr de Pierre-Henry

D’autres pièces ont également attiré mon attention dans cette belle collection, comme par exemple son ensemble body blanc et pantalon noir qui ont merveilleusement cloturé son défilé avec son mannequin fétiche, mais définitivement, Pierre-Henry excelle dans le court !

Numéro 2

Chez Joffrey, ce sont pour les silhouettes pantalons que je craque.

Source Fashion Room D8.tv

Source Fashion Room D8.tv

Il a cette façon bien à lui de tailler des pantalons ajustés comme il faut, avec ces détails de coupe ou ces effets graphiques bien placés qui font toute la difference. Associés à un chemisier fluide très sage et à ses vestes graphiques, il nous concocte la tenue boyish idéale pour une soirée chic, ou une réunion importante au bureau.

Numéro 3

Chez Adeline et Louis, je vais trouver mon bonheur dans des pièces plus casual, ou très festives. Soyons honnêtes, je ne pourrai pas porter les créations de ce duo tous les jours, mais une silhouette m’a tapé dans l’oeil : Le pantalon a sequin vert/bleu associé au bombers.

source Fashion Room d8.tv

source Fashion Room d8.tv

Bien vu le côté vintage et bling-bling sans être ringard.

Ce n’est pas franchement mon style, mais je pense que j’oserai prendre le risque, surtout pour le pantalon que je trouve très réussi tant dans le choix de la coupe que de la matière !

Le Bilan

Bravo à Pierre-Henry qui a mérité selon moi cette victoire sur Projet Fashion, mais je suis sûre qu’autant lui que Joffrey ont une belle carrière devant eux. La relève est assurée côté mode prêt-à-porter et Haute Couture.

Si vous voulez vous procurer quelques pièces de Pierre-Henry, vous pouvez le retrouver sur Brandalley ou sur Mon Défilé.

A très vite !

Projet Fashion #5 – La Robe du Jour J

Bonjour à tous,

Je vous retrouve pour partager mon avis sur l’épisode 5 de Projet Fashion.

Cette semaine, le thème se complique avec la Robe de Mariée. Et le juré surprise du jour n’est autre que la créatrice parisienne de robe de mariée, Delphine Manivet.

source lovalinda.fr

source lovalinda.fr

 

Le défi

Les candidats auront vingt-quatre heures et 30 000€ de dentelle de Calais à leur disposition pour confectionner une somptueuse robe de mariée. Mot d’ordre : intemporalité et surtout pas de gaspillage avec une matière si noble et si délicate (et si chère !!) 

Mon top 3

On reprend le modèle initial de ces posts et je vous livre mon top 3 de la semaine !

Le thème de la robe de mariée est un grand classique de ce genre de concours, et c’est vrai que tous les grands couturiers continuent de nous émerveiller avec leurs sompteuses robes tout en délicatesse, en fluidité, et parfois même brodées de bijoux lors de leurs défilés.

La différence ici, comme l’a intelligemment souligné Roland Mouret, c’est qu’on demande à nos couturiers en herbe de créer UNE robe de mariée et non de démontrer leur capacité à devenir des créateurs de robes de mariée. Nuance subtile qui doit être prise en compte dans le jugement final.

Le choix de la dentelle de Calais comme matière de base est audacieux vu son caractère précieux, mais en même temps à jour exceptionnel, robe exceptionnelle 🙂 !

Cet épisode m’a replongée dans les souvenirs de mon propre mariage pour lequel j’avais choisi une robe avec un bustier baleiné semi transparent et une jupe volumineuse en tulle vaporeux.

J’avais flashé sur la robe dès que je l’avais vue et elle avait ce côté robe de princesse sans pour autant tomber dans la meringue ringarde. Quand je regarde les photos de cette journée aujourd’hui, je me dis que j’ai fait le bon choix, celui d’une robe 100% moi, et je comprends le conseil de Delphine aux candidats : quand plusieurs années après, la mariée regarde ses photos, elle doit continuer à se trouver belle et actuelle.

Numéro 1

La robe qui remporte mon premier prix est sans conteste celle de Pierre-Henri.

Malgré des manches manifestement peu confortables (en tout cas elles semblent sérieusement entraver les mouvements de base inévitables lors d’un mariage à savoir manger, boire, danser 🙂 ) le style est parfait et la dentelle est mise en valeur avec cette coupe taille basse et ces plis qui font danser le bas de robe. Et les poches !!! Quelle idée, et quelle allure !

source fashion room d8.tv

source fashion room d8.tv

Avec cette robe, Pierre-Henri gagne son pari d’une robe qui pourra être portée souvent pour des cocktails ou des soirées, et fait de sa robe de mariée une création qui vivra avec sa proprétaire au lieu de vieillir au fond d’un placard dans sa housse !

Perso, une robe comme ça, sans les manches, et peut-être teintée dans une couleur pastel, je la porte sans problème pour une occasion ou pour le mariage d’une amie 😀 ! Je suis la « girl next door » évoquée par Roland Mouret ! Ah Ah Ah !

Numéro 2

A la deuxième place, je mets Joffrey.

Ce garçon continue de m’étonner et a encore une fois signé une robe à son image : délicate, inspirée, moderne, et inattendue. Quelle audace que cette combinaison pantalon !

Je ne lui offre que la deuxième place car je ne me vois pas porter cela, et le caractère intemporel me semble moins évident que pour la robe de Pierre-Henri. Autant la combinaison est revenue à la mode ces derniers temps, autant pour un mariage, j’ai quand même du mal à me projeter dans une tenue comme celle-là.

source fashion room d8.tv

source fashion room d8.tv

Mais au delà de cette question de goût, le travail à la main de la dentelle et de la mousseline en superposition est remarquable, les finitions impeccables dans un temps imparti plus que court, et la coiffe réalisée dans le mini défi vient finaliser cette silhouette venue d’ailleurs.

Joffrey a définitivement tout d’un grand couturier.

Numéro 3

Alors là, gros dilemme et grosse déception de la part d’Adeline et Louis. La robe de Louis est pour moi inachevée. Oui il y a de l’idée avec ce ventre dénudé, oui la superposition de dentelle est réussie, mais la coupe est sans saveur, et la robe n’est pas ajustée, ça baille, ça manque carrément de raffinement.

De l’autre côté Adeline, avec ENCORE un effet corset, ENCORE un travail de découpe et de montage exemplaire, une technicité avérée, mais une robe tristoune… Je ne vois pas là une robe de mariée, mais juste une belle robe. L’idée du voile/traîne/boléro est en revanche une très belle idée, même si le travail de découpage est bâclé.

Si je devais choisir, je porterai plutôt la robe d’Adeline, car elle peut tout de même être adaptée à la deuxième partie de soirée d’un mariage, ou bien à une mariée plus agée, ou à une cérémonie de deuxièmes noces pour lesquelles en général on abandonne la meringue…

source fashion room d8.tv

source fashion room d8.tv

Bref, une jolie robe, un beau voile, de la belle matière mais pas une belle création.

Le Bilan

Je suis mitigée quant au choix du jury de garder les quatre candidats avec le scoop du duo Adeline/Louis pour la finale.

Après tout c’est un concours, et j’ai comme l’impression que les règles changent un peu au gré du vent…

Bon enfin, tant mieux pour nos candidats, et je dois dire que le quatuor final est plutôt agréable à suivre avec des personalités sympathiques, pas trop excentriques, et une ambiance qui est plus celle d’une équipe que d’un concours. Et ça, j’apprécie.

J’ai hâte de voir les collections que nous préparent nos jeunes créateurs, et j’espère un final grandiose !

A très vite !

Projet Fashion #4 – Tenue de soirée ++

Hello,

De retour pour notre rendez-vous du WE : mon top des créations Projet Fashion.

Cette semaine le jury accueillait comme invité spécial, les deux fondatrices de la marque ba&sh, Barbara Boccara et Sharon Krief.

bash

Le défi

Les candidats, en binômes imposés par Donald, auront droit en 150€ de tissus et tous les accessoires de l’atelier pour réaliser une robe du soir pour des mannequins grandes tailles.

Beaucoup de particularités regroupées dans cet épisode :

  • les binômes : travailler en binôme exige de savoir faire passer ses idées tout respectant les avis et les idées de l’autre. Un binôme équilibré saura tirer le meilleur de chacun des membres tout en neutralisant les faiblesses individuelles
  • Les mannequins grande taille : eh oui, on a pas toutes les mensurations des mannequins traditionnels. On n’a pas non plus toutes les corps des mannequins grandes tailles de cette émission. Mais je trouve que c’est intéressant de confronter les créateurs à des courbes dont ils ont peu l’habitude.
  • les éliminations : cette fois, ce sont deux créateurs d’un coup qui seront éliminés !

Comme il y a 3 binômes, je ne vais pas pour cette fois vous donner mon Top 3 des créations, mais plutôt mon favori sur chacun des 3 critères suivants :

  1. la création : la coupe, le choix des tissus, le rendu final
  2. la collaboration entre les membres de l’équipe
  3. la prise en compte de l’avis du mannequin et son plaisir à porter la robe

La création

Cette semaine j’ai été agréablement surprise par la création d’Adeline et Louis.

Ces deux candidats m’avaient beaucoup déçue dernièrement avec leur approche trop scolaire et étriquée des défis qui leur étaient proposés.

Adeline-Louis

source Fashion Room d8.tv

Je dois dire que le choix des tissus et de la coupe sont assez osés : un effet matelassé et du lurex doré ne sont pas forcément les idées qui viennent en premier pour mettre en valeur des rondeurs… Personnellement j’aurais opté pour du fluide, comme PH et Joffrey.

Mais Adeline et Louis ont eu, dès les premiers croquis, des idées proches et ils ont poussé dans cette voie. Grand bien leur en a fait !

J’aime le fait qu’ils aient travaillé les accessoires dans des tons fluo pour donner du peps à la petite robe noire et dorée, et j’ai apprécié les détails tels que les épaulettes anguleuses qui structurent une silhouette toute en rondeur.

La collaboration

En terme de collaboration, au delà de la complicité de Louis et Adeline qui a été évidente tout au long de ce défi et leur a valu une victoire méritée, j’ai particulièrement aimé suivre les péripéties de Pierre-Henri et Joffrey.

En effet, ce binôme est à la fois une association de grands esprits créatifs mais aussi de personnalités très différentes : un Pierre-Henri extraverti et un Joffrey toujours réservé et concentré.

Ce binôme s’est transformé au cours de l’épreuve : d’un Joffrey chef d’orchestre et décideur, on est passé à un garcon éteint et déboussolé après le défi (et l’heure de travail !) perdu. Au contraire, après avoir découvert un Pierre-Henri dévoué au génie créatif de Joffrey, on retrouve notre créateur inspiré et et inspirant qui redonne la direction à son acolyte d’un jour.

PH-Joffrey

source Fashion Room d8.tv

Je retiendrai cette robe bi-goût, double face, à l’image du duo du créateurs, et surtout une collaboration émouvante et un grand respect mutuel entre ces deux garcons. Jolie idée que de les regrouper !

L’avis du mannequin

L’objectif de cet exercice pour les créateurs était également de prendre en compte l’avis de leur mannequin tout au long du processus de création : le choix des tissus, des formes, des couleurs. Le seyant était certes important, mais surtout il fallait que la femme ait plaisir à porter le vêtement créé pour elle selon ses désirs.

Sur ce critère, il peut paraître difficile de les départager, car bien entendu, dans les séquences filmées, les mannequins donnent toujours l’impression d’être ravies du résultat. A mon avis, c’est au moment du défilé que l’on peut détecter sans conteste les réussites et les ratés !

Pas de vrai raté, mais je dois dire que le mannequin de Pierre-Henri et Joffrey, aussi timide soit-elle, ne m’a pas semblée à l’aise. Le jeu de transparence un peu trop prononcé (on voyait tout de même le string…) et la coupe asymétrique de la robe ne semblait pas facile à porter pour elle. Le rendu final était beau, mais j’ai eu l’impression que le mannequin luttait un peu pour s’approprier la robe. Dommage !

 

source Fashion Room d8.tv

source Fashion Room d8.tv

Dans un tout autre registre, le mannequin de Tara et Romain, elle, avait la personnalité qui collait parfaitement à ce duo explosif. Et le résultat est aussi extravagant que déconcertant.

Soyons clair, je n’ai pas aimé cette robe qui pour moi rentre plus dans le thème du costume que de la robe du soir. Mais je ne peux nier que le mannequin semblait adorer le rendu, même si elle a convenu qu’elle réserverait cette création à des occasions spéciales. Elle avait l’air à l’aise, et aimait tous les choix de coupe, de couleur, de tissu. Alors objectivement, sur ce critère, Tara et Romain ont réussi leur pari, même s’ils renient tous deux leur travail.

Mais le duo gagnant sur ce critère reste Adeline et Louis, qui ont su trouver en plus de leur complicité, une symbiose avec leur mannequin. Elle a porté la robe avec la classe et la prestance qu’il fallait, les découpes étaient très flatteuses, la mise en beauté excellente et respecteuse des souhaits de la Miss. J’ai eu le sentiment, au moment du défilé, que le mannequin se sentait belle, et la robe est non seulement dans le thème Robe du soir, mais également d’une modernité parfaite qui correspond à la personnalité de leur mannequin.

Le Bilan

Pour moi, Adeline et Louis ont remporté ce défi haut la main. De la classe, de la modernité, un mannequin à son aise, un duo efficace, une robe portable et couture en même temps, belle réussite !

J’ai hâte de voir qui seront les finalistes. Faites votre prognostic dans les commentaires !

Projet Fashion #3 – Belle de jour au saut du lit

Bonjour à toutes et tous !

Avec un peu de retard (WE couture oblige), voici mon top 3 des créations de Projet Fashion épisode 3. Eh oui, just in time avant le prochain défi !

Cette semaine le jury accueillait comme invité spécial, Kapauff, fondateur et directeur du magazine Citizen K International.

source d8.tv

source d8.tv

 

Le défi

chaque candidat devra créer une tenue de jour avec seulement un drap et les vêtements qu’il porte au saut du lit.

Cette fois, la difficulté du défi ne réside pas dans les matières, car un drap blanc, c’est peut-être pas hyper classe, mais le coton blanc c’est quand même ce qui laisse le plus de liberté de création sans pour autant rajouter de la complexité dans le maniement de l’étoffe.

La vraie difficulté est ici de gérer la quantité de matière disponible, car tous les créateurs ne sont pas à égalité dans cette affaire ! Eh oui quand certains dorment bien couverts, d’autres sont plutôt en tenue ultra légère la nuit, ce qui ne leur laisse pas beaucoup d’extra…

Mon Top 3

Cette semaine j’ai aimé le thème !

Car oui une tenue de jour pour femme, c’est suffisamment vague pour autoriser toutes les fantaisies dans l’interprétation et, en même temps, cela implique de tabler sur du « portable en journée », donc en lumière naturelle, donc dans la rue, voire même au travail ! On est ainsi dans un défi un peu moins Couture que les deux challenges précédents et ça n’est pas pour me déplaire.

Sans compter que dans cet épisode, on ne perd pas deux heures à suivre les aventures de nos candidats en plein shopping… toujours un peu barbant cette phase.

Allez, entrons dans le vif du sujet !

Numéro 1

Je décerne la première place de mon classement à Joffrey (eh oui… ENCORE) avec sa création 3 pièces ultra graphique et hyper aboutie.

source d8.tv

Je dois dire que ce garçon me surprend de plus en plus à chaque épisode.

Son calme, sa quiétude au moment de concevoir sa tenue sont bluffants. Il a déjà une idée en tête quand les autres sont encore en train de faire l’inventaire (parfois court :-)) des bouts de tissus disponibles pour travailler.

Son interprétation de la tenue de jour est très printanière avec uniquement des pièces basiques mais ultra efficaces :

  • Le top effet perfecto pour la touche rock,
  • le short taille basse pour la féminité
  • le manteau long pour le côté classe

Ce manteau, c’est une tuerie (Ah ! si seulement je n’étais pas si courte sur pattes…).

La tenue globale est un succès : les motifs graphiques un peu tribaux, le noir et blanc hyper tendance, des finitions parfaites, elle n’a plus qu’à aller en magasin.

Joffrey va-til continuer sur cette lancée ?

Numéro 2

La deuxième place est attribuée à Tara !

source d8.tv

source d8.tv

Ce qui m’a séduite dans cette création, c’est le travail sur la matière, ce tie and dye couleur Or est « sublaiiime » comme dirait Cristina.

J’aime aussi la coupe et les détails forts tels que les mancherons origami qui structurent la silhouette et la jupe asymétrique.

Tara a tablé sur un modèle plus élégant que les autres candidats sans pour autant tomber dans la robe de cocktail. Un tailleur moderne en somme qui aurait tout de meme mérité un peu plus de précision dans l’ajustement.

Numéro 3

Enfin la troisème place sera pour Pierre-Henri.

source d8.tv

source d8.tv

Un look sportswear travaillé  dans tous les détails. On retrouve du Pierre-Henri partout ! Dans le style et la coupe certes, mais aussi son drap, son slip, ses cheveux pour l’effet matière, ses baskets. Bref il a tout mis, et il a réussi !

J’aime le pantalon, un peu moins le haut qui me fait penser à un kimono, mais l’ensemble fait son effet.

Bilan

Encore et toujours les mêmes sur le podium des créateurs de Bobines et Babines.

Je dois dire que je regrette un peu le départ de Matias, qui pour moi avait réussi un bel ensemble également, à la ligne beaucoup plus androgyne, c’est vrai, mais intéressante (à part la ceinture qui dégouline…). J’aimais bien son univers, son style et sa personnalité.

Pour Louis et Adeline, c’était un peu fade à mon goût, trop scolaire.

Quant à Romain, j’ai détesté son interprétation de ce défi. On aurait dit un look d’infimière d’Halloween pour ne pas donner d’exemple plus vulgaire…

J’espère qu’il a vraiment un talent caché que le jury a su détecter, parce que pour le moment, je n’accroche pas du tout à son travail ! Mais une surprise peut toujours arriver, pas vrai ?

Et vous, quel est votre top 3 ?

A très vite pour la suite du classement.

Projet Fashion #2 – Glamour in Denim

Hello,

De retour pour mon top 3 des créations de Projet Fashion épisode 2.

Le défi

Après le bricolage, retour au textile, mais toujours avec quelques contraintes non négligeables :

Avec 150€ et 15min dans une friperie, les créateurs doivent choisir 10 pièces en denim (et pas une de plus) pour réaliser une robe glamour.

En plus de cela, les couturiers devront utiliser le moins possible les machines à coudre (entendez, « ne pas utiliser DU TOUT » si vous voulez vraiment respecter le challenge).

Enfin, pour atiser l’esprit de compétition, Donald va leur demander de customiser un T-shirt basique en 45min pour pouvoir bénéficier, pour le gagnant, de l’aide d’une couturière expérimentée pour finaliser sa robe en jean.

Alors être glamour en jean, c’est possible ?

Mon Top 3

Le jury accueillait cette fois comme invitée spéciale, Marianne Mairesse, rédactrice en chef du magazine Marie Claire France.

marianne-mairesse

J’avoue avoir été un peu déçue par les réalisations des candidats sur cette épreuve. Je me suis même un peu ennuyée devant ma télé car, encore une fois, la séquence shopping était beaucoup trop longue alors que j’aurais préféré voir plus de détails de la conception et du montage de la robe.

Et puis, je n’ai pas vraiment accroché à certaines interprétations du glamour. Pour moi, une robe glamour doit briller par sa simplicité et mettre en valeur le corps de la femme qui la porte. Le glamour joue sur la tension entre la sophistication et l’audace. La limite est très étroite entre le glamour et le grotesque, et parfois, je trouve qu’on a frôlé la catastrophe ! :-O

Mais enfin, je vous donne tout de même mon classement personnel !

Numéro 1

Je décerne la palme à Pierre-Henri avec sa robe courte en bandelettes de jean.

source Facebook

source Facebook

Pour moi cette robe a tout d’une robe glamour moderne !

Elle est dénudée mais sans trop sur le devant, un peu plus sur le dos certes, et elle épouse les formes comme aucune autre. Sa ligne simple, courte et droite, et le décolleté attaché dans le cou lui apportent la sophistication de rigueur. Mais les agraphes et la fermeture  éclair « colonne vertébrale » – pour reprendre l’expression d’un des membres du jury – donnent la touche rock et actuelle qui ancre la robe dans notre temps !

Numéro 2

Contrairement au jury, je ne donne à Tara que la deuxième place de mon classement. J’avoue préférer l’audace au classique dans ce genre de concours, y compris pour une robe de tapis rouge :-).

source c' sur mesure

source c’ sur mesure

Mais je dois reconnaître que la robe de Tara respecte elle aussi les codes du glamour.

Une robe sensuelle avec son décolleté asymétrique et l’épaule denudée, des découpes et des plissés bien placés qui harmonisent la silhouette, et enfin un côté tendance avec les motifs et la longueur à mi-cuisse. Je regretterai le côté monochrome, mais tout de même, avec du tissu de friperie, Tara nous a offert un vêtement de haute qualité, aux belles finitions et parfaitement adapté à son mannequin.

Numéro 3

Enfin la médaille de bronze revient à Joffrey !

source Fashion Room – site de la chaîne D8

Ce que j’aime dans sa création, c’est la ligne pure d’une robe hollywoodienne, la longueur donne l’élégance là où le dos nu et les fentes sur la jambe et dans le dos flirtent avec la sensualité. J’apprécie aussi le jeu de matière et de couleur avec ce denim brut  élégant à souhait et la réutilisation de la patte de boutonnage d’une chemise en jean bleu clair sur la fente devant.

Mon seul bémol, le décolleté qui fait redite avec sa robe de la semaine passée.

Bilan

Eh oui! comme vous le constatez, j’ai sélectionné les mêmes créateurs que le jury mais dans un ordre différent. Joffrey a réussi pour moi la seule robe longue qui ne soit pas too much. J’avoue avoir hésité avec celle d’Adeline, qui a pour moi réussi une belle création en jouant uniquement avec les ceintures de ses jeans. Mais cette traine… un flop total. Je suis d’accord avec Roland Mouret que si elle avait coupé sa jupe toute droite, elle aurait pu rivaliser avec Pierre-Henri. Dommage !

Voilà pour mon podium des créateurs sur ce deuxième défi.

Et vous, quel est votre top 3 ?

Laissez-moi votre avis en commentaire.

Ciao!

Projet Fashion #1 – Bricolo Dress

Salut à tous,

Comme beaucoup d’entre vous je pense, j’ai regardé le premier épisode de Projet Fashion mardi soir. Pour celles et ceux qui l’auraient raté, il est disponible en replay sur le site de la chaîne.

Je voulais profiter de ce blog pour partager avec vous mon avis et mes impressions sur les différents défis qui seront proposés aux candidats et le résultat de leur processus de création.

Alors c’est parti avec l’épisode 1 : La Bricolo Dress

Le défi

Pour un premier défi, on ne peut pas dire que le jury et la production aient fait dans la facilité, et au moins ça donne le ton :

Réaliser une robe de cocktail grâce 150€ de matériel de bricolage/jardinage et 2 journées de travail en atelier.

On n’est pas dans un concours d’amateurs mais bien de professionnels, donc je trouve cela très bien vu d’attaquer la saison avec un défi qui déstabilise un peu nos candidats parfois très sûrs d’eux. L’objectif est bien de tester l’étendue de leur talent et surtout de voir comment ils sauront imposer leur style et leur signature sur des challenges dont ils ne maîtrisent aucun des éléments.

Faire ses achats de fournitures chez Cast*rama, en 30 min, et pour un montant maximum de 150€, ça demande une bonne dose de créativité, d’imagination et d’audace pour trouver LA combinaison de matières inattendue qui donnera un résultat digne d’un défilé et d’une soirée mondaine.

Déjà, lors de cette étape shopping, on distingue les couturiers aventureux des plus prudents…

Mon Top 3

Vous connaissez maintenant tous le palmarès du jury, jury qui accueillait en invité special la créatrice Barbara Bui.

Je vous livre maintenant mon classement personnel !

Numéro 1

Je décerne la palme à Matias avec sa robe en colle silicone.

 

Brico Dress Matias

Il a pris des risques, à la fois dans le matériau choisi mais également dans la réalisation qui, jusqu’au dernier moment, pouvait tourner à l’échec cuisant.

Matias a fait un pari fou en prenant le défi au pied de la lettre et en sortant des sentiers battus. J’ai également apprécié le travail de crochet pour assembler les pièces de la robe qui du coup ne présente aucune couture apparente. Un travail de finition méticuleux, long mais payant.

Le résultat : une robe blanche effet dentelle, idéale pour un cocktail, portable et dansante, légèrement transparente.

Tout ce que j’aime, le chic absolu.

Numéro 2

Personnellement, j’ai tout de suite accroché avec le parti pris de Jeoffrey qui a poussé son idée au bout : de la gaine électrique et du Gaffer comme seuls matériaux, pas de plan B, « ça passe ou ça casse ».

Il a pris lui aussi le défi à bras le corps et nous bluffe avec un robe très couture digne d’un créateur de renom. Je salue la ligne graphique et la coupe osée qui en font une pièce unique.

robe-brico-Jeoffrey

Seul hic, les finitions un peu trop brutes, avec la presence de scotch un peu partout qui donne plus une impression de rafistolage que de construction raisonnée.

Je comprends le jury qui a élu Jeoffrey grand gagnant de cette première épreuve car ils récompensent le parti pri, mais pour moi, cette robe très Haute Couture manque un peu de raffinement dans les détails et la finition.

Numéro 3

Je mets ex-aequo Adeline avec sa robe Cage et Pierre-Henri avec sa robe Boulons !

Les deux candidats ont su tirer parti de matériaux bruts et peu maniables pour en faire un vêtement chic et surtout très portable. Une robe bustier au bas évasé, la petite robe de cocktail par excellence !

J’ai aimé chez Adeline son travail pour réaliser deux pièces, la robe et le col cage, en n’utilisant que des techniques de bricolage et très peu de couture (à part quelques oeillets pour le corset).

Sa robe met en valeur les courbes féminines, et le laçage apporte la touche rock qui va bien. robe-adeline-grillage-p-peint

Chez Pierre-Henri, c’est le travail des détails et des accessoires que je recompense. Le look est traité dans sa globalité avec bijoux et chaussures.

Une robe de cocktail n’a pas le même effet si elle n’est pas accompagnée des bons accessoires. L’allure générale reste sobre mais efficace comme pour Adeline. Je regretterais peut-être la couleur noire et or, trop classique (en meme temps chez Cast*, je ne crois pas qu’ils fassent des boulons vert sapin hein?)

robe-pierre-henry-boulons
Voilà pour mon podium des créateurs sur ce premier défi.

Et vous, quel est votre top 3 ?  Vous êtes en phase avec le jury de professionnels ? Laissez-moi votre avis en commentaire.

Ciao!

Projet Fashion : le nouveau concours de design de mode sur D8

Projet Fashion, c’est la version française de Project Runway, un concours télévisé pour les créateurs de mode en herbe, et ça a commencé mardi soir 3 Mars 2015 sur D8 !

Project Runway (appelé en France Projet Haute Couture), j’adore, même si j’ai lâché les dernières saisons.

Ce que j’aime surtout dans cette émission ce sont les défis qui sont lancés aux candidats, la créativité des designers, leur capacité à imaginer de zéro un vêtement digne des podiums. Je trouve que c’est une source infinie d’inspiration même si je suis très loin d’avoir leur talent.

Ce que je n’aime pas en général, c’est le côté télé-réalité américaine, avec le choix de candidats certes talentueux mais aussi dotés de personnalités hautes en couleurs pour « faire le show ». Et quand ça déborde, on se croirait plus dans LOFT Story (je sais c’est tellement vieux…) que dans un concours de talents.

projet-fashion

Alors notre version française ? Ca donne quoi ?

Parlons du titre : Projet Fashion

Personnellement, je trouve le mix de français et d’anglais un peu ridicule.

Autant Projet Haute Couture ça donnait un certain chic à la française à une émission de mode américaine, autant Projet Fashion ça sonne un peu trop bas de gamme à mon goût. Je suis plutôt pour les émissions qui ne visent pas uniquement un public averti, mais pour moi, le titre de l’émission c’est un flop.

Mais on ne va pas s’arrêter à ça hein ?

Passons aux candidats

Alors là encore, comme dans Project Runway, on va trouver des personnalités et des looks tous plus pointus les uns que les autres. J’avoue que ça ne me déplait pas ce côté très arty, très « dans mon monde ». C’est important qu’un créateur de mode ait son univers. Mais alors que certains candidats m’ont tout de suite plu, d’autres m’ont tout de suite horripilée.

PROJET FASHION

J’espère qu’ils me feront changer d’avis et qu’au fil des épisodes, on apprendra à mieux les connaître !

Pour le moment, mes chouchous sont Tara pour sa sincérité et son univers Sooo kitch, Matias pour sa créativité et son sens du détail, Joffrey pour son côté fragile et inspiré à la Saint Laurent (d’ailleurs la resemblance physique n’est pas loin) et enfin Adeline pour la sympathie et l’énergie qu’elle dégage.

Le Jury

Roland Mouret : Créateur

On l’a déjà vu en Guest Star dans Cousu Main, et on sait à quel point Carmen lui voue une admiration sans nom :-). Je connais assez peu le personnage mais apprécie particulièrement son travail des tissus et ses robes graphiques qui mettent si bien en valeur les courbes féminines. Je pense qu’il aura l’œil affuté pour apprécier les détails de coupe et la précision des ajustements ainsi que la finition et le tombé du vêtement.

Roland Mouret, c’est pour moi celui qui sera à l’affût du travail bien fait, récompensera l’audace et cherchera une signature artistique.

Roland Mouret - Collection A/H 2014 - source Madame Figaro

Roland Mouret – Collection A/H 2014 – source Madame Figaro

Alexandra Senes : Rédactrice de mode

En tant que journaliste, elle apporte sa vision critique et terrain du design de mode à la fois parce qu’elle connait les codes du métier mais elle sait aussi ce qui fait vendre et ce que les lectrices et les bloggeuses mode achètent. Elle décrypte les tendances et les décline en must have, aussi j’espère qu’elle aidera les candidats à ancrer leurs réalisations dans la réalité. La mode est faite pour se porter dans la rue, pas seulement sur les podiums!

Alexandra, c’est aussi celle qui me semble avoir le role de « méchant » dans le jury, à voir par la suite si sa verve sera aussi vivace que celle de Nina Garcia dans la version US.

source : l'Express Style

source : l’Express Style

Catherine Baba : Styliste

Lady Baba, j’adooore :-). C’est LE membre du jury déjanté, la diva du style, et en même temps un personnage tellement attachant. A la pointe des tendances, elle connaît les codes de la mode sur le bout des doigts et semble s’attacher à connaitre l’histoire et l’inspiration qui ont mené à une creation. Elle saura repérer les talents de demain, les univers qui vont marquer les saisons et permettre aux candidats de sortir des sentiers battus en les décomplexant!

Elle mettra j’espère un peu de piment dans un jury plutôt sérieux.

Catherine Baba – source : Next.liberation.fr

 

Le coach

Donald Potard est l’ancien l’ancien bras droit et PDG de la maison Jean-Paul Gaultier, alors autant dire que le processus de création et les dilemmes associés, il connait. J’aime le fait que le mentor ait cette expérience du métier. Etre direct, parfois dur, mais toujours juste, c’est ce que j’attends de lui. Et puis aussi qu’il tire le meilleur des candidats et les guidant dans les sentiers parfois tortueux de la création.

Au premier abord, il a ce ton posé et cet œil bienveillant qu’il faut pour accompagner des jeunes pousses tout en les challengeant à bon escient.

J’aimais Tim Gunn, je pense que je peux aimer Donald !

 

Projet Fashion overview

 

Et vous? Que pensez vous de cette nouvelle émission? Avez vous prévu de suivre la série ?

Je vous retrouve bientôt pour mes impressions sur le premier épisode.